top of page

Une chambre à soi

Notre projet pour transformer l'accueil des femmes victimes de violence en gendarmerie.

Sarah Barukh, Union Nationale des Familles de Féminicide, gendarmerie de Rosières près Troyes et Baptiste Girardet, président de l’Association Sang Froid
Sarah Barukh, Union Nationale des Familles de Féminicide, gendarmerie de Rosières près Troyes et Baptiste Girardet, président de l’Association Sang Froid

Nous nous sommes rendus avec @unffeminicide à Troyes où nous sommes intervenus auprès de 60 gendarmes afin d’expliquer l’impact de la violence pour les familles. Nous avons aussi parlé de l’importance et du rôle nécessaire des cercles d’accueil.





Pour une femme passer la porte d’une gendarmerie afin de porter plainte est déjà difficile. Nous nous sommes rendus compte qu’en plus de cela s’ajoute l’ambiance désagréable du lieu, ces femmes se retrouvent au milieu de gens venus porter plainte pour un vol de portable, de personnes mises en cellule de dégrisement etc… Par ailleurs, leurs enfants si elles en ont, sont sous la surveillance des gendarmes et n’ont aucun jouet à disposition ou même de livre etc…


C’est pourquoi nous sommes entrain de développer un projet pilote appelé une chambre à soi, le but est de mettre à disposition un lieu pour ces femmes et leurs enfants si elles en ont.


Un lieu à disposition des femmes victimes de violence où elles pourront trouver refuge pendant 24h après avoir porté plainte, le temps pour elle de trouver un endroit sûr ainsi que des solutions.



Dans un premier temps, elles recevront une box ainsi que leurs enfants afin de patienter dans l’accueil du commissariat. Ces box comprendront des jouets, des collations, etc… pour les enfants et pour leur mère cette box contiendra tous les numéros utiles pour l’après ainsi que le kit La vie sera belle afin de leur dire qu’elles ne sont pas seule, qu’elles vont être aidées.





Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page